Aubervilliers En Lutte

Blog de grève des établissements scolaires d'Aubervilliers

Un article de L’express (09/02/2010)

Posted by aubervilliersenlutte sur 11 février 2010

Une vingtaine de lycées du 93 en grève

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 09/02/2010 à 14:10 – mis à jour le 09/02/2010 à 16:24

Des élèves du lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine manifestent, le 08 février 2010, devant le rectorat de l’académie de Créteil, pendant une réunion entre le recteur de Créteil, William Marois, et une délégation d’enseignants.

Alors que les enseignants du lycée Chérioux à Vitry exercent leur droit de retrait depuis quatre jours, d’autres établissements leur emboitent le pas et cessent le travail pour dénoncer les suppressions de postes.

Une vingtaine d’établissements du secondaire étaient en grève en Seine-Saint-Denis pour protester contre la politique du gouvernement en matière d’éducation au lendemain de violences dans deux collèges du département.

Le mouvement, qui touchait principalement Aubervilliers, Epinay sur Seine, Saint-Denis et Pantin, était suivi à 50% environ dans ces collèges et lycées, selon David Auverlot.

Selon l’inspecteur d’académie Daniel Auverlot et selon le Snes, une vingtaine d’établissements étaient en grève mardi sur un total de 184. Pour la CGT, il y avait une trentaine d’établissement grévistes.

Les grévistes protestent contre la dégradation de leurs conditions de travail, la réforme du lycée et la suppression de postes. Ils devaient manifester à 14 heures devant la mairie de Saint-Denis. En outre, un appel à la grève a été lancé pour jeudi dans toute l’académie de Créteil.

Chatel reçoit les profs de Vitry

Les enseignants de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) qui ont cessé les cours, mercredi après l’agression d’un élève, ont été reçus ce mardi par le ministre de l’Education natinonale. Luc Chatel les a invité, devant la presse, à « reprendre le travail.

Les professeurs du lycée Adolphe-Chérioux qui ont manifesté avec des dizaines d’élèves réclament le doublement du nombre de surveillants (11 pour 1500 élèves) et jugent insuffisantes les propositions jusque-là faites par le rectorat.

Luc Chatel, qui avait initialement prévu de ne pas recevoir en personne la délégation, a estimé devant la presse que les mesures proposées (trois surveillants supplémentaires, six médiateurs) constituaient un « effort exceptionnel » et que la présence de 30 surveillants supplémentaires « n’aurait pas évité l’agression« .

Publicités

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :